Les Histoires et Anecdotes de l’Ambassadeur Américain Henry Morgenthau

Aujourd’hui, les écrits sur la question arménienne, ceux qui défendent les thèses arméniennes et dans les événements de 1915, toutes les ressources qui les ont qualifié de génocide, ont été presque tous publiées d’abord dans les journaux américains en 1916, ensuite ont fait souvent référence au livre « L’Histoire de l’Ambassadeur Morgenthau ». Depuis lors, cette histoire inventée qui a été utilisée comme une source indispensable montre la nature de la découverte en public de la revendication de génocide pendant la Première Guerre Mondiale.

Issue d’une famille Juive Bavaroise, Henry Morgenthau est d’une certaine éducation juridique. A New York en tant que courtier immobilier, lors des élections présidentielles de Woodrow Wilson en 1912, il a été le Président du Comité des Finances du Parti Démocratique. Morgenthau, après la victoire présidentielle de Wilson, a été récompensé par une mission diplomatique et a été nommé Ambassadeur à l’Empire Ottoman et pour commencer sa tâche il se rendit à Istanbul le 27 Novembre 1913.  Après 26 mois de service  en Turquie, Morgenthau fait son retour aux Etats-Unis en Février 1916 (Henry, 1922: 1-2). Pendant  la Première Guerre Mondiale, il a protégé les citoyens Britanniques et Français et préservé leurs biens sur le territoire Ottoman et en recevant des nouvelles de ce pays. Sa tâche principale dans l’Empire Ottoman était de protéger les citoyens Américains, les organisations de missionnaires et les intérêts des Juifs.

Pendant la Première Guerre Mondiale sur le Territoire Ottoman, les souvenirs de Morgenthau qui sont composé des maltraitances subies par les Arméniens, qu’ils ont (les Ottomans) une politique d’extermination, qui cite la mauvaise gestion de l’administration Turque, et qui contient aussi des sections d’insultes, a été écrite deux ans après la fin de la légation et a pris en main son travail dans le domaine de la diplomatie. Le livre de Morgenthau qui est devenue l’un des traits saillants de l’opinion publique Américaine et aujourd’hui encore, est l’une des pierres angulaires d’extension qui peut être d’une forte opposition de la Turquie, en prétextant durant la Première Guerre Mondiale, que le Gouvernement de l’Union et du Progrès a été l’un des points de sortie principale de la croyance selon laquelle a été exercé un génocide perpétré contre la minorité Arménienne.

Henry Morgenthau, a écrit dans une lettre datée du 26 Novembre 1917 a Woodrow Wilson, qu’il a eu l’idée d’écrire un livre pour parler de la raison et du but, et offre, avec son avis, à l’approbation du Président. Le seul but de Morgenthau en écrivant un livre de propagandes antiallemandes et Turque pour obtenir le soutien de l’opinion publique face à la politique de guerre du gouvernement est de faire contribuer les Etats-Unis à l’effort de guerre. Il est également déçu à cause de l’insensibilité du peuple Américain contre la guerre et donc, dit qu’il va rendre les gens désireux de combattre contre l’opposition Allemande et Turque. Dans l’année qui suit la lettre Morgenthau envoyée au Président Wilson, il a été écrit une œuvre intitulée : « L’Histoire de l’Ambassadeur Morgenthau ». Il a été publié dans l’un des magazines le plus connu de l’Amérique The World’s Work; certaines parties ont été publiées dans une douzaine de journaux qui ont un tirage total de 2.630.256 et comme livre il a été édité par les maisons d’éditions Doubley et PegeandCo et mis sur le marché en 1918. Il a été conçu des vitrines spéciales dans les points de vente pour ce livre (Lowry, 1991: 12-16).

Imprimer 25.000 exemplaires en un an, pour donner la volonté de combattre au peuple américain, « L’Histoire de l’Ambassadeur Morgenthau » est un livre rédigé de manière professionnelle pour une orientation psychologique. La création de cette œuvre est impossible, Morgenthau n’était pas le seul à avoir rédigé cette oeuvre. Les co-auteurs de Morgenthau sont les suivants :

Burton J. Hendrick : L’Histoire de l’Ambassadeur Morgenthau a été rédigé personnellement par le célèbre journaliste Burton J. Hendric. Le journaliste Américain Hendrick a bénéficié des 40% de la vente du livre. Hendrick, dans les 10 ans après la publication du livre de Morgenthau, remporta 3 prix Pulitzer, un en histoire, et les deux autres en biographie.

Agop S. Andonian : dans la préparation de l’histoire, parmi les aides, avec Morgenthau qui partit en Amérique, et pendant la préparation du livre, se trouvait à ses cotés le secrétaire Agop S. Andonian d’origine Arménienne. Morgenthau qui avait une grande confiance envers Andonian, lui écrivait ses carnets et même les lettres adressées à sa famille. Andonian, diplômé de l’Université Robert, plus tard naturalisé Américain, en allant aux USA avec Morgenthau, a servi dans la préparation du livre.

Arshag K. Schmavonian : l’une des personnes clé qui a contribué à la préparation de l’ouvrage. Schmavonian qui était un Arménien Turc, a , en 1918, exercé à Washington la tâche de « Conseiller Spécial au Département d’Etat ». Auparavant, il a été l’interprète de Morgenthau à Istanbul et l’avait accompagné à toutes les réunions avec les autorités turques depuis les premiers jours où Morgenthau a mis pied à Istanbul et ne parlant aucune des 4 langues (turc, français, grec, arménien) principalement parlées dans la capitale Ottomane. Dans cet environnement où il se sentait étranger, Schmavonian lui a été d’un grand secours. Shmavonian, vers la fin de 1917, a été nommé à Washington et jusqu’à sa mort en Janvier 1922, il était « conseiller spécial ».

Pendant le séjour de Morgenthau en Turquie ou même dans les mois ou « L’Histoire de l’Ambassadeur Morgenthau » a été écrite, l’aide de Schmavonian a été déterminante. Il a  même été désigné par les Affaires Etrangères pour approuver le texte de Morgenthau.

Malgré  les informations et la contribution de Schmavonian, c’est  incompréhensible qu’il n’ait pas été mentionné dans le livre. Pourquoi Morgenthau n’a jamais mentionné Schmavonian dans son livre ? Dans son livre qui traitait partiellement de la question arménienne, Morgenthau pensait t-il qu’il trouverait bizarre de mentionner l’indépendance qu’il avait envers ses aides d’origine Arméniennes (le prénom Andanian n’est pas mentionné non plus). Nul doute que dans l’invention de cette histoire, la part des Arméniens était grande et Morgenthau n’a ainsi, jamais mentionné l’un d’eux, et a tenté de minimiser la part des Arméniens et il l’a réussi.

Une autre personne lisant chaque section du livre et en déclarant ses idées, était le secrétaire d’Etat Américain, Robert Lansing.  Dans une lettre qu’il a envoyée le 2 Avril 1918 à Morgenthau, Lansing écrit ceci : « Je joins les premières parties de la répétition du livre que je lis avec un intérêt spécial. J’ai écrit dans les bas de page les changements proposés et les sections à retirer. Je suis sûr que vous-même les trouverez appropriés ». Et si nous prenons en compte que Morgenthau a eu le consentement du Président Américain Woodrow Wilson avant de commencer le livre, que pendant le progrès du livre, chaque partie du livre a également été étudiée par le Secrétaire d’Etat d’Amérique Robert Lansing, il ne serait pas faux de dire que le livre de Morgenthau a était imprimé avec la permission du Gouvernement des Etats-Unis » (Lowry, 1990: 18-20).

Ce livre porte le mémorandum, qui a été préparé par une organisation privée plutôt que la propriété mémoire. Composé du journal de Morgenthau et des lettres qu’il a envoyé à sa famille survenant alors les notes sur Istanbul, en premier le trio Morgenthau-Andanion et Hendrick qui fit des études, puis que Schmavonian révisa ce contenu au nom du Ministère des Affaires Etrangères et ensuite, les dernières retouches du Ministre des Affaires Etrangères au nom du Président, suivi par Burton J. Hendrick qui prit la plume. L’énorme impact produit à la publication du livre, a valu à Morgenthau un prix de 25.000$ de Hollywood pour le droit de filmer cette œuvre. Les premières émotions passées, après la préparation du projet d’un script, en recevant une lettre du Président Wilson qui indiquait clairement qu’il ne confirmait pas ce travail, l’enthousiasme de Morgenthau sur le cinéma se brisa. Le Président américain Wilson écrit ceci à Morgenthau :

« J’ai beaucoup apprécié que tu viennes me consulter pour la réalisation d’un film concernant ton livre. Pour être honnête j’espère que tu n’accepteras pas cette offre. Je pense personnellement que nous sommes allés suffisamment loin sur ce sujet. Ce n’est pas juste une question de sentiment, déjà dans ce sujet, le fait de vouloir rester connecté à mes sentiments est une question de principe. Actuellement, dans la pratique, il n’y a rien que nous pouvons faire à propos de la question arménienne. L’attitude du pays envers la Turquie a déjà été déterminé et il n’y  a aucune nécessité pour également la souligner »

(Lowry, 1990:36)

Selon les pensées de Morgenthau, cette histoire a été préparée comme une propagande en temps de guerre, donc a été conçu pour contribuer à l’effort de guerre des Puissances de l’Entente et ont eu comme but l’entrée des USA dans la guerre.

Le livre de Morgenthau peut être divisé en quatre rubriques principales :

  1. les ambitions impérialistes de l’Allemagne ont entrainé en guerre le Gouvernement Union et Progrès qui est inexpérimenté.
  2. Les dirigeants Unionistes en particulier Talat Bey et Enver Pacha, en saisissant l’opportunité de la guerre, ont décidé de Turquiciser l’Empire Ottoman. Pour atteindre leurs objectifs, alors que la guerre continuait, ils ont conçu et mit en place  un plan pour détruire les Arméniens Ottomans qu’ils accusaient d’assistance et de complicité avec les ennemis Russes.
  3. la seule personne qui a essayé de faire abandonner sans relâche ce plan aux Unionistes a été Morgenthau.
  4. Les efforts ont été vains, parce que la seule personne qui aurait pu convaincre les Turcs était l’Ambassadeur allemand, le Baron Wangenheim qui resta pertinent en refusant de protéger les droits des Arméniens.

Il y a une vérité qui ne peut être débattue tout le long du livre : la citation attribuée à un fonctionnaire turc ou allemand dont aucune trace ne se trouve dans des archives. Nous n’avons trouvé dans aucune des ressources les déclarations utilisée dans le livre « L’Histoire de l’Ambassadeur Morgenthau ». En d’autres termes, les gens s’approprient les déclarations données entre guillemets montre alors que lors de l’écriture de « L’Histoire de Morgenthau », Hendrick faisait de l’économie littéraire et rien d’autre. Le seul but est, je suppose d’être plus convaincant en citant des personnes. Même si cela ne prouve pas réellement qu’ils soient un mensonge, il exige lors des examens, beaucoup plus d’attention. Voici les résultats qui en sortent: l’histoire a été écrite de façon professionnelle de sorte à dissimuler le mensonge pour réveiller le monde entier et les USA contre les Turcs et Allemands.

Pour toutes ces raisons, Morgenthau n’a pas hésité à qualifier la Turquie dans différentes parties du livre de « meurtrière »,  « psychologiquement primitive », « sanguinaire », « lâche », « voyou de rue », « analphabet », « incapable d’écrire des poésie ou des livres », « ne peut pas produire quelque chose d’artistique » et « mais plutôt détruire ce qui a été créé », « incapable de créer une ville » et « ennemis de la civilisation qui détruisent tout ce  qui a été construit » . Ces récits racistes qui sont dépourvus des bases historiques, , ont été largement utilisés dans les années suivantes par les écrivains Arméniens et les chercheurs qui agissent par fanatisme religieux. (Morgenthau, Secret’s of TheBosphorus, Constantinople 1913-1916, s. 156, 182; Köse, 2013, s. 56.)

Le « méchant » et celui qui est attaqué plus que tout le monde dans L’Histoire de l’Ambassadeur Morgenthau était le Ministre de l’Intérieur Talat Bey. Il y a  une grande différence entre ce qu’il a écrit dans ces carnets et ces lettres, la façon dont il prend en compte la gestion des dirigeants Ottoman dans son « histoire » et ceux trouvés dans les archives des USA, durant son séjour à Istanbul, les événements qui ont eu lieu. Dans ce cas, il est indiqué que « L’Histoire de Morgenthau » n’est rien d’autre qu’une falsification (Lowry, 1991, s. 56-58).

Morgenthau, en plus d’être l’Ambassadeur des Etats-Unis à Istanbul, a joué un rôle important pour annoncer au monde entier ce que les Arméniens Ottomans vivaient pendant la guerre. Effectivement, en liaison avec la propagation des rumeurs Arméniennes pendant la guerre, nous rencontrons trois noms. En 1916, avec sa compilation de documents « Le Traitement des Arméniens dans l’Empire Ottoman » Lord Bryce  fut le premier à avoir attiré l’attention, puis le Pasteur Protestant Allemand Johannes Lepsius en 1917 annonçant le sujet au reste de l’Europe avec son livre intitulé « Le Rapport Secret du Dr. Johannes Lepsius sur les Massacres d’Arméniens », et en fin Henry Morgenthau avec son livre « L’histoire de l’Ambassadeur Morgenthau », en  1918, imprimé simultanément en Europe et en Amérique,. La seule personne commune aux trois histoires est l’Ambassadeur Américain Morgenthau.

Lors de la demande de Lord Bryce, l’un des fondateurs et gestionnaires de la Société Arménien-Britannique, de pouvoir bénéficier des documents de Morgenthau qui a un très grand effet, sa demande a été acceptée et publia son œuvre en 1916 « Le Traitement des Arméniens dans l’Empire Ottoman ». Morgenthau a toujours repondu favorablement sans perdre de temps aux demandes de Lord Bryce. Ce n’est pas une coïncidence que les documents soient communs, de sorte que les Britanniques ne reçoivent pas ces informations à partir d’autre sources, personnellement il est vérifié par une source orale qualifiée comme Morgenthau. L’Ambassadeur dans un article écrit dans la Magazine la Croix-Rouge, numero du Mars 1919, dit ceci par rapport au rôle qu’il a joué dans la procuration des documents a Bryce :

« Quant aux déclarations que les témoins des évènements du massacres m’ont donné, j’ai pris soigneusement garde de les enregistrer. Ces déclarations contenaient les témoignages de refugiés de toutes sortes, notamment des missionnaires Chrétiens, et d’autres témoins. La plupart des sources que je collectionnais se trouvait publiée dans une compilation excellente de documents établie par Vikoni Bryce. »

Pendant la guerre, la propagande s’effectuait contre les Turcs, l’un des exemples les plus efficaces, qui forment la base de ces documents, il semble que c’est simplement une partie des efforts britanniques qui sont fournis à l’Organisation des renseignements Britanniques par un Ambassadeur américain, que les Anglais cherchent à inciter le public Américain afin d’engager le pays en guerre contre les Turcs et les Allemands (Lowry, 1991, s. 61-62).

L’éminent historien et expert sur la propagande de l’abattage, membre de Wellington House, Arnold Toynbee, à propos de la propagande Britannique, réalisée dans l’un de ses travaux Pendant la Première Guerre Mondiale, a condamné les Turcs dans ses œuvres « Extermination d’une Nation » (Londres, 1915) et « Le Meurtrier et la Tyrannie du Turc » (Londres, 1917). Les vérités dont personne n’en parle ne sont que des informations sur le carnage publié par Toynbee en 1915 qui lui ont été fournies par rien d’autre que Henry Morgenthau (Lowry, 1991, s. 64).

Il ressort que Morgenthau a joué un rôle très important dans la parution des livres de guerre à propos des choses que les Turcs ont fait aux Arméniens. Henry Morgenthau a été efficace pour dresser le public contre les Turcs et les Allemands, en fournissant des sources aux auteurs comme l’Allemand Lepsius, l’Anglais Lord Bryce et Arnold Toynbee, au Président Wilson vers la fin de 1917, puis avant la demande de son  projet du livre intitulé « L’Histoire de l’Ambassadeur Morgenthau ».

Bien que quatre-vingt-cinq ans se soient écoulés après la première édition de « L’Histoire de l’Ambassadeur Morgenthau », cet ouvrage est encore disponible sur le marché en 2015 ; et dans les rassemblements du Senat américain, de nombreux sénateurs bien intentionnés s’appuyant sur les extraits de thèse du livre de Morgenthau, soutiennent que le Gouvernement de l’Union et du Progrès a conçu et mis en œuvre un « génocide » contre la minorité arménienne. Actuellement, dans les établissements d’enseignement en Amérique, cet ouvrage est utilisé dans les programmes scolaires « Génocide et extermination en Masse », comment les  cerveaux malsains ont planifié et exécuté les génocides et comme exemple donne aux élèves des sections extraits de cette « histoire ». En bref, au lieu d’être mis de coté depuis longtemps là où il le mérite, le livre « L’Histoire de l’Ambassadeur Morgenthau », continue d’être les principales publications qui montrent la Turquie comme auteur du génocide du passé qu’ils n’impénitent.

D’un coté les lettres des missionnaires, les histoires des opprimés Arméniens, alors que les diplomates Européens ont des documents, de l’autre côté le monde qui ne prête pas attention et citant la réalité des historiens Turcs, basé sur des documents révélateurs, qui les trouvent iréalistes, et qui les qualifient leur histoire « d’imprimante officielle de l’histoire », « proétatique ». Mais les véritables événements de la Première Guerre mondiale sont situés d’une manière impartiale dans les archives Européennes, Russes et Américaines ainsi que les archives Ottomanes.

Bibliographie

AmbassadorMorgenthau’sStory(1918), Newyork

Büyükelçi Morgenthau’nun Öyküsü(2005), İstanbul

Köse, İsmail(2013), “Amerika’nın İstanbul Büyükelçisi H. Morgenthau’nun Türk Algısı”, Tarih Dergisi, Sayı 56 (2012 / 2), İstanbul s. 56.

Library Of Congress, Henry MorgenthauPapers, 1795-1941

Lowry,Heath W.(1990)TheStoryBehindAmbassadorMorgenthau’sStory, İstanbul

Lowry,Heath W.(1991), Büyükelçi Morgenthau’nunÖyküsü’nün Perde Arkası, İstanbul

Morgenthau, Henry(1922), Incollaborationwith French Strother, All in Life Time, Doubleday, PageandCompany, New York

Morgenthau, Henry, Secret’s of TheBosphorus, Constantinople 1913-1916, HutchinsonandCoPatternosterRow, London

© 2022 - Université de Marmara