Le premier Ministre non musulman en charge de l’urbanisme: Garabed Artin Davud Pacha (1816-1873)

Garabed Artin Davud Pacha

Garabed Artin Davud Pacha

Le premier non-musulman nommé au poste de Ministre de l’urbanisme sous l’empire ottoman fût Garabed Artin Davud Pacha aprés que le véritable nommé Kirkor Agaton Efendi décéda avant d’entrer en fonction (Kuneralp, 1999). De conviction catholique, Garabed Artin Davud est né en 1816 a İstanbul. Originaire d’une famille d’Ankara, il termina ses études a İstanbul avant de rejoindre Berlin pour y suivre une formation en droit (Pamukciyan, 2003:206; Çark, 1953:168-169). En 1845, il écrit un ouvrage en français relatif a l’histoire du droit allemand intitulé “Histoire de la Législation des Anciens Germains” (2 tômes) (Çark, 1953:169). Garabed Artin Davud parlait turc, arménien, roum, italien, allemand, anglais et français et dispensait des cours de langue étrangére a l’Ecole militaire (Kılıç, 2009:155). A l’âge de 24 ans, il a intégré le ministére des affaires étrangéres. En 1840, il fût secrétaire traducteur de l’ambassade de Berlin. En 1848 il fût nommé attaché a Berlin.

Garabed est le premier Arménien a prendre des fonctions au sein d’une représentation ottomane (Kılıç, 2009:155). Aprés cette prise de fonction, le journal Donau-Zeitung de Vienne disait a son propos:

“Monsieur Davutyan, trés intelligent et compétent, s’est chargé du secrétariat de l’ambassade turque a Berlin durant plusieurs années. Désormais il est nommé attaché par l’Etat ottoman a Berlin.”

Attaché a Vienne entre 1850 et 1852 Garabed Artin Davud a été ambassadeur de Vienne en 1856 et a exercé ce poste pendant trois ans (Çark, 1953:169). En 1858, lors de la conférence internationale relative au statut juridique de Valachie et de Moldavie s’étant tenue a Paris, il a fait partie de la délégation ottomane présidée par Keçecizade Fuat Pacha (Dadyan, 2011:268).

Rappelé en 1859 a İstanbul, il a été nommé a la Direction de la Censure et a la Direction de la Télécommunication en 1860. Puis, il a travaillé aux côtés de Fuat Pacha au ministére des finances (Çark, 1953:169). Et en 1861 le réglement du Mont Liban l’a nommé administrateur au moutassarrifat du Mont Liban (Dadyan; 2011:269).

Garabed y a débuté ses travaux sans attendre et a accompli plusieurs tâches précieuses. L’équilibre des forces ayant été correctement prise en compte, l’administration du Mont Liban a été conduite avec réussite. Davud Pacha y a mis terme aux révoltes et a signé le début d’une nouvelle organisation administrative. En refondant le systéme d’imposition, il a mis fin a de nombreuses injustices et préjudices. Parallélement il gagna l’affection du peuple en faisant construire de nouvelles routes.

La gouvernance brillante de Davud Pacha a aussi plu a la Sublime Porte. İl fût décoré de l’Ordre du Médjidié en 1863. En 1865, son mandat a été prolongé de 5 ans a 10 ans et le Sultan lui offrit une épée ornée de pierres précieuses. Davud Pacha se déplaça a İstanbul pour remercier le Sultan et apparu dans les images vêtu des costumes traditionnels du Mont Liban dont il était le gouverneur. Garabed s’est ensuite rendu auprés du Sulatn Abdelaziz. Le Sultan l’honora en le décorant de l’Ordre de l’Osmaniye pour les précieux services rendus a l’Etat (Dadyan, 2013, p.67; Ahmed Lütfi Efendi, Ankara 1988:114; Çark, 1953:171).

Garabed qui obtint la reconnaissance de tout un chacun pour ses qualités de gouverneur vit l’appréciation de la Sublime Porte changer a son égard aprés qu’il ait demandé certaines prérogatives supplémentaires dans la direction du Mont Liban. İl fût appelé a İstanbul en 1868 et fût nommé au ministére de l’urbanisme a la place de Kirkor Ağaton Efendi (BOA, İ.DH; 474/31822). Si bien que Garabed Artin Davud Pacha devint le premier non musulman a exercer une fonction de ministre au sein de l’Etat Ottoman.

Garabed, peu de temps aprés sa nomination au poste de ministre de l’urbanisme, a été envoyé en Europe le 19 décembre 1868 pour collecter des fonds étrangers censés servir dans la construction du réseau ferré de Roumeli. Lors de la premiére étape de sa tournée a Vienne, il fût formidablement accueilli. Cependant il ne trouva aucun investisseur prêt a intervenir. İl passa de Vienne a Paris pour rencontrer le baron Maurice de Hirsh banquier bruxellois marié a une Belge. İl conclut le 17 avril 1869 l’accord consistant en la construction du réseau ferré de Roumeli et accordant les droits de concession pour 99 ans au Baron Hirsch étant un Juif hongrois, puis retourna a İstanbul.

La convention conclue entre Garabed et le Baron Hirsch a Paris et son cahier des charges devaient être transférés au Conseil d’Etat. Toutefois ils firent l’objet d’un transfert direct a la commission pour ne pas faire l’objet d’une modification devant le Conseil d’Etat. La commission ayant aprouvé l’accord en principe y a tout de même posé des réserves sur environ 12 articles dont l’approbation devait être débattue devant l’Assemblée des représentants. Cette derniére fit appel a Garabed pour qu’il livre des informations a propos du texte. Garabed affirma qu’il n’était pas complétement au fait de la convention et qu’il avait fait rédigé l’acte a un avocat. Garabed fut renvoyé en Europe le 28 mai 1869 afin de réécrire la convention et d’en alléger certaines conditions. Des rumeurs quant a un pot-de-vin qu’aurait perçu Garabed circulérent (BOA, Ayniyât Def., 1142, İrâde Dâhiliye, 699/48932; Engin, 1993:50-57). Suite a cela, Garabed prétexta son état de santé pour démissionner en 1871. İl demeura quelques temps sur l’île de Chios pour changer d’air et alla a Biarritz en France, il y mourut le 4 novembre 1873 (Tuğlacı, 2004:412).

Garabed reçut aussi plusieurs décorations du mérite a l’étranger. En 1863, il reçut la Légion d’Honneur par Napoléon et fut décoré de l’ordre de Saint Grégoire par la Papauté en 1865 (Çark, 1953:171). N’ayant aucune famille autre que sa fille adoptive demeurant a İstanbul, le Pacha lui légua ses biens d’une valeur de 30.000 livres a condition qu’elle se marie. Toutefois, sa fille adoptive décida de poursuivre une vie de nonne et ses biens furent transférés a l’Hopital Catholique Arménien Surp Agop d’Elmadağ (Çark, 1953:171).

Bibliographie

Archives

Başbakanlık Osmanlı Arşivi (BOA), İstanbul

İrâde Tasnifi

İrâde, Dâhiliye

BEO, Ayniyât Defterleri nr. 1142

Ouvrages

Ahmed Lûtfî Efendi(1980), Vak‘anüvis Ahmed Lûtfî Efendi Tarihi, c. XII,(yay. haz. M. Münir Aktepe), Ankara

Çark, Y. G. (1953), Türk Devleti Hizmeti’nde Ermeniler (1453-1953), İstanbul

Dadyan, Saro (2001), Osmanlı’da Ermeni Aristokrasisi, İstanbul

Dadyan, Saro (2013), “1861 Cebel-i Lübnan Nizamnâmesi ve Özerk Cebel-i Lübnan’ın İlk Mutasarrıfı Garabed Artin Davud Paşa”, Toplumsal Tarih, S.236, s.66-70.

Duhânî, Said Naim (1990), Beyoğlu’nun Adı Pera İken, (çev: Nihal Önal), İstanbul

Engin, Vahdettin (1993), Rumeli Demiryolları, İstanbul

Kılıç, Musa (2009), Osmanlı Hâriciyesinde Gayrimüslimler (1839-1876), Ankara Üniversitesi Sosyal Bilimler Enstitüsü Tarih (Yakınçağ Tarihi) Anabilim Dalı, Basılmamış Doktora Tezi, Ankara

Kılıç, Musa (2014),“Bir Ermeni Bürokratının Portresi: Vezaret Rütbesine Ulaşan İlk Gayrimüslim Karabet Artin Davud Paşa”, Tarihte Türkler ve Ermeniler: Merkez ve Taşrada Ermeniler Nüfus ve Göç, c.7,s.33-45.

Kuneralp, Sinan (199), Son Dönem Osmanlı Erkân ve Ricâli (1839-1922), İstanbul

Pamukciyan, Kevork (2003), Biyografileriyle Ermeniler, İstanbul

Tuğlacı, Pars (2003) Tarih Boyunca Batı Ermenileri, İstanbul

© 2022 - Université de Marmara